Arrondissement : 7ème

Il faut connaître…ce petit jardin public de 3528 m², inauguré en 1983, un peu oublié, est protégé du vent, au pied du rocher de Samatan et à quelques pas de la Corniche Kennedy. Un jardin dont l’appellation selon les cartes géographiques peu induire en erreur sur l’origine de son nom et son historique. C’est dans cette zone que The Imperial land company of Marseille limited prévoyait de construire le futur port de commerce avant de se rabattre sur la Joliette !

Jardin Benedetti Marseille

Vous ne viendrez pas ici pour une grande promenade mais juste pour une pause détente avec ses hauts palmiers, sa petite pelouse, ses bancs, ses terrasses sur différents niveaux, son point d’eau et son aire de jeu pour les enfants.

Quand au fameux « Benedetti » à qui ce parc rend hommage, j’ai supposé un temps qu’il s’agissait du marseillais Jean Benedetti, haut fonctionnaire plusieurs fois préfet et résistant…mais ce fut une erreur de personne, que m’a rappelé par mail le petit fils de Joseph de Bénédetty…en effet ce parc est inscrit selon les cartes Bénédetty (OpenStreetMap) ou Benedetti (Google Maps) m’induisant en erreur.

Fin mot de l’histoire…le jardin de Bénédetty (sa bonne orthographe) est ainsi nommé en souvenir de Joseph de Bénédetty, fondateur de ce quartier de la Corniche et dont cet espace était le jardin personnel. Il a été ainsi été dénommé par la ville de Marseille suite à sa cession par ses héritiers en 1982, dont la fille de Joseph de Bénédetty. Voici ci-dessous l’histoire inattendue de ce jardin qui a failli devenir…port de commerce !

Après la création du « chemin de la Corniche » vers 1861, les terrains longeant ce chemin entre les Catalans et le virage des Flots bleus avaient été acquis par la société « The Imperial land company of Marseille limited » qui prévoyait de créer un nouveau port de commerce.

Elle les avait achetés à la Compagnie Immobilière qui les tenait d’Emile de Girardin, le célèbre publiciste parisien et du vicomte de Caze, eux mêmes les tenant du baron de Samatan (il existe encore une rue Decaze et la colline de Samatan à proximité).

L’important dénivelé entre le chemin de la Corniche et le niveau de la mer a fini par faire préférer les terrains situés à la Joliette pour l’établissement de ce port. L’Imperial Land company a alors revendu ces terrains qui ont fini par être acquis par Joseph de Bénédetty (1871-1951).

Celui-ci, constructeur, a crée des voies…le bd des Chalets de Nice, depuis débaptisé en Bd des Dardanelles, le bd Sainte Lucie (en souvenir de sa mère Lucie Félice de Bénédetty) et le bd de Bénédetty, ainsi dénommé en son honneur, depuis devenu le bd de la Rade en raison de confusions paraît-il entre le bd de Bénédetty du 7eme ardt et la rue de Bénédetti du 8ème ardt, nommée en mémoire de Félix de Bénédetti, résistant tué en aôut 1944…confusion toujours d’actualité sur le nom du parc actuel.

Il fit bâtir la plupart des immeubles se trouvant sur ces voies et le long du chemin de la Corniche. Il exploitait également à cet endroit une fabrique d’agglomérès silico-calcaires. On peut voir des exemplaires de cette production sur des immeubles situés avenue Pasteur, près du palais du Pharo.

Joseph de Bénédetty résidait 133 chemin de la Corniche, devenu promenade de la Corniche, puis promenade de la Corniche John Fitgerald Kennedy. Derrière cet immeuble, s’étendait un vaste jardin de 3528 m² qui a été cédé à la ville de Marseille en 1982 par ses héritiers, les familles Thévot et Lestrade, aux fins d’y établir un jardin public. La ville nomma cet espace « Jardin de Bénédetty » en souvenir du créateur de ce quartier. Il fut inauguré par Gaston Defferre, alors ministre de l’Intérieur et maire de Marseille, le 24 février 1983.


SOURCES Wikipedia & le petits fils de Joseph de Bénédetty & Dictionnaire historique des rues de Marseille par Adrien Blès, Nouvelle édition 2001. Ed Jeanne Lafitte. (page 378 pour le bd de la Rade, ex bd de Bénédetty et page 60 pour la rue de Bénédetti) / Les Thévot, une vieille famille du Comtat-Venaissin Provence, par Félix Thévot . Archives Nationales. Archives départementales des B du R et du Vaucluse (pages 295 à 315)
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Google Maps

FICHE A SUIVRE
Dominique Milherou
Avis
There are no reviews yet, why not be the first?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches