Arrondissement : 3ème

La compagnie Air France fait construire son établissement administratif d’entreprise de 1943 à 1947 dans le quartier Saint-Lazare, près de la gare Saint-Charles. Le complexe dû à l’architecte Gaston Castel présente trois façades différentes ; il est constitué d’un édifice de plan en U, délimité par la rue Zattara et l’avenue du Général Leclerc, adossé à un hôtel des voyageurs de 196 chambres, de plan en L, l’« l’Hôtel de l’Arbois », qui donne sur le boulevard Nédélec.

hall-castel-marseille-2

Le projet initial

L’aéroport Marseille-Marignane étant dépourvu de structures d’accueil adéquates, la compagnie Air France décide en 1949 d’effectuer les formalités d’embarquement dans un nouveau bâtiment situé à proximité, boulevard Nédélec, puis de convoyer les passagers par car vers l’aéroport.

Le bâtiment n’est finalement pas édifié mais un terminal de l’aéroport est néanmoins aménagé au rez-de-chaussée du siège social. Signée par le même architecte, « l’aérogare de l’Arbois» fut achevée en 1950 mais elle ne fonctionne que peu de temps.

Le complexe Air France est plus tard réaffecté à l’Établissement administratif régional dit « Cité administrative » et « l’aérogare Castel » devient alors un hall d’entrée, de la DDE puis de la DDTM/DREAL.

Le Hall Castel propose ponctuellement des expositions.


Gaston Castel
...et du lycée Pasquet ; depuis notice d'Emmanuel Laugier et Isabelle Zunino, Ville d'Aix-en-Provence, 2007Fils d’un entrepreneur de maçonnerie, Gaston Castel est né le 1er août 1886. En 1907 il est le premier élève reçu au concours d’entrée de la nouvelle école régionale d’architecture de Marseille. De 1909 à 1913 il est élève de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris ; il est lauréat du second grand prix de Rome en architecture en 1913.

Il est mobilisé en 1914 en tant que sergent au 258e régiment d’infanterie. Il est nommé sous-lieutenant sur le champ de bataille. Le 26 septembre 1914 il est grièvement blessé au visage et laissé pour mort. Il est fait prisonnier et emprisonné à Ingolstadt en Bavière puis il est transféré à Montreux en Suisse.

À la fin de la guerre, remis de sa blessure au visage, il revient à Paris et collabore avec l’architecte Guillaume Tronchet. Durant cette collaboration, Ferdinand Buisson le remarque et le fait nommer architecte départemental des Bouches-du-Rhône. En 1918 il se rend avec son épouse à Marseille pour occuper son nouveau poste. Le 3 décembre 1919 il va au Brésil à Rio de Janeiro et à Santos où il réalisera un monument élevé à la gloire de José Bonifacio pour célébrer l’indépendance du Brésil.

Revenu en France, il est nommé architecte en chef des Bouches-du-Rhône, poste qu’il occupera jusqu’en 1941 mais qu’il devra abandonner à la demande du gouvernement de Vichy. Il réalise durant cette période de l’entre-deux-guerres diverses constructions publiques.
S’intéressant aux problèmes d’urbanisme il étudie de nombreux projets pour des habitations à bon marché (actuellement HLM) tel que la cité des chartreux ou le groupe de la Blafarde. Il réalise également des maisons particulières telles que la villa « l’éolienne » qui se trouvait à l’extrémité de l’avenue du Prado près de la plage et qui a été détruite lors du bombardement du 27 mai 1944.

Il réalise également en 1923 une maison pour son usage personnel et pour son cabinet qui se trouve au no 2 de l’impasse Croix de Régnier et qui a été classée monument historique.


TEXTES marseilledelavillealametropole.com Wikipédia
PHOTOS 
Agam & Archives PSS archi

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches