Arrondissement : 8ème

Cette géode de verre et d’acier de 13 mètres de diamètre et 723 facettes de verre dépoli marque depuis 2007 l’entrée de Géolide, la plus grande station d’épuration enterrée au monde. D’une capacité de 1 860 000 équivalent-habitant, c’est le maillon final de la chaîne de collecte et de traitement des eaux usées de Marseille. Un investissement total de 162 millions d’euros. 

_DOM7375Une première station d’épuration physico-chimique construite à l’initiative de la ville de Marseille, a été mise en service en 1987. En 2002, la Communauté Urbaine Marseille Provence Métropole décide de lui adjoindre un étage biologique pour compléter le traitement et respecter les normes européennes.

Plus de 85 millions de mètres cubes d’effluents sont traités ici chaque année, soit près de 225.000 mètres cubes chaque jour. Ces effluents proviennent de Marseille et de 16 communes limitrophes raccordées à son réseau.

Le Traitement physico-chimique

Les eaux usées arrivent dans l’usine physico-chimique. Elles y sont aussitôt débarrassées des déchets flottants par sept dégrilleurs. Elles transitent ensuite dans les bassins de dessablage et de déshuilage.

Sables et graviers se déposent au fond de ces bassins par gravité. Ils sont ensuite extraits, lavés, puis évacués vers un centre d’enfouissement technique. Les huiles et les graisses sont traitées par un procédé de traitement biologique au sein de l’usine.

_DOM7376Les eaux sont ensuite traitées par décantation primaire sur des bassins d’ une surface totale de plus de 7.000 mètres carrés. Une partie de la pollution se dépose au fond de ces bassins d’où elle est extraite pour être pompée vers l’usine des boues.

Des décanteurs lamellaires achèvent le traitement physico-chimique avec injection de chlorure ferrique et de polymère. Les boues physico-chimiques sont récupérées en fond de bassin puis transférés vers l’usine des boues.

Le Traitement biologique

Les eaux décantées sont pompées ensuite vers une étape de biofiltration réalisée par les procédés Biostyr®. L’eau épurée rejoint alors l’émissaire, puis la mer à CortiouTraitement biologique.

station-d-epuration-de-marseille-geolide-seramUn lavage régulier, à contre-courant, permet d’extraire la pollution accumulée dans les biofiltres. Les eaux de lavage des biofiltres sont dirigées vers les bassins Actiflo®. Les boues formées par la pollution agglomérée sont reprises en fond de bassin et pompées vers l’usine des boues. Quant à l’eau décantée, elle retourne en tête du traitement biologique.

Le Traitement de l’air

L’air vicié est collecté par dépression dans les deux usines physico-chimique et biologique, puis conduit vers l’unité de désodorisation. Un traitement complet y est effectué dans 5 files composées chacune de trois tours de lavage qui le débarrassent l’air de ses composants malodorants.

L’air traité est ensuite évacué dans le deuxième émissaire.

Le Contrôle du fonctionnement

Le contrôle du fonctionnement et le pilotage de l’ensemble de ces ouvrages s’effectuent depuis un Poste de Contrôle centralisé informatique.

L’ensemble de ces équipements, opérationnels 24 heures sur 24 et 365 jours par an, garantissent la qualité du rejet en mer et sa conformité aux normes européennes les plus strictes. Géolide protège ainsi pleinement la Méditerranée.


SOURCES seram-metropole.fr & pratclif.com
PHOTOS seram-metropole.fr & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches