Arrondissement : 9ème

Au col du Renard se trouve les vestiges du Fortin de Morgiou et son mur d’enceinte surélevé intégré dans la roche. Dans la brèche qui permet le passage, il y avait encore au 19ème siècle, un pont levis. Deux anciennes batteries militaires, la « petite » et la « grande », se trouvent en contrebas, elles connurent deux assauts anglais en 1813 dont des traces sont encore visibles aujourd’hui sous l’eau !

Selon le très renseigné site riouetlescalanquesdudralbert.com (à consulter d’urgence pour les plus férus d’histoire militaire), d’après un rapport français du 29 juillet 1812 la grande batterie de Morgiou occupée par 23 hommes, vivant alors sans eau potable à proximité, devait être armée de 4 pièces de 36, une de 18, toutes sur affûts de côte et d’un mortier de 12 pouces en fer et à plaques.

La Petite Batterie de Morgiou est elle armée en 1812 de 2 pièces de 24 sur affût de côte. Certaines sources évoquent l’année 1614 comme date de construction du fortin mais rien ne permet de le prouver.

Le 30 mars 1813, alors que le poste était commandé par le Sergeant Aymon sous les ordres du Lieutenant Pignatel, qui lui était à Cassis, 200 à 300 anglais débarquent à Sormiou, et passant par les crêtes derrière le Cancéou, à l’aube, et viennent prendre à revers les 40 hommes d’infanterie de la garnison armée de canons.

Au fortin du col du Renard outre les cannoniers, l’officier qui le commandait, le gardien de la batterie, un canonnier garde Côte et 16 soldats d’infanterie furent faits prisonniers. 4 hommes furent blessés, la batterie entièrement détruite, les baraques incendiées et le fourneau à réverbère dégradé (pour chauffer le boulet au rouge de façon à mettre le feu aux bateaux, il est encore visible aujourd’hui).

Les anglais jettent les canons et les affûts à la mer, et s’emparent de 10 des 14 bateaux au mouillage qui ont une cargaison d’huile.

Certains de ces canons ont été repêchés par Albert Falco, le capitaine de la Calypso. Sous le Cap, il reste encore 4 canons jetés par les Anglais. L’auteur du site riouetlescalanquesdudralbert.com a réalisé de nombreuses plongées avec des photos de ces canons. Un boulet serait encore visible enfoncé dans la roche.

Le 2 mai 1813 , alors que les soldats français s’apprêtaient à réarmer les batteries, les Anglais attaquent à nouveau, et après une canonnade usant de leurs caronades (pièce d’artillerie courte), ils débarquent sur le Cap par les 2 points moins élevés, St Pierre et la Gorguette.

Cette fois ils font sauter le fourneau et le mortier (le lieutenant Isaac Shaw du Volontaire, est blessé par l’explosion) et capturent 6 bateaux de commerce, plus un bateau d’agrès.

Les deux batteries ont donc été démolies 2 fois en 1813 et reconstruites,  surélevées et rallongées. La petite batterie montre une date en tessons de tuile rouge : 1813


SOURCES riouetlescalanquesdudralbert.com & Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou tourisme-marseille.com

Dominique
Avis
4
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
  • 11 mars 2016 aà 02:57

    Pour l'instant rien ne permet de dire que c'est fortifié en 1614, bien au contraire. Tout semble dater de 1811/1813. La grande batterie est a l'ouest, (elle fait 2 fois l'autre) la petite a l'est .. vous devriez aller voir sur place (sourire!) Le site est encore tres bien conservé et vaut vraiment le deplacement, avec une petite visite au Nautic au retour a condition de ne pas croire ce qu'ils ecrivent sur le menu (re sourire). Merci de m'envoyer des lecteurs

Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches