Arrondissement : 2ème

Le fort Saint-Jean doit son nom à la commanderie des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem établie sur cet éperon, prolongement de la butte Saint-Laurent, vers la fin du xiie siècle. À cet emplacement, des vestiges de la toute première occupation grecque au vie siècle av. J.-C. ont été découverts.

Au milieu du xve siècle, la puissante tour carrée est construite par le roi René pour garder la passe du port. La tour ronde du fanal est construite en 1664. La construction du fort, exigée par Louis XIV, est réalisée de 1668 à 1671 par le chevalier de Clerville après expropriation des Hospitaliers et de nombreuses maisons.

Sur instruction de Vauban, le creusement en 1679 d’un large fossé l’isole totalement de la ville.

Pendant la Révolution française, le fort sert de prison pour Philippe Égalité et à deux de ses fils. Des Jacobins arrêtés à Marseille et à Aubagne seront enfermés dans le fort et massacrés le 5 juin 1795 par des royalistes.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les troupes allemandes y entreposent un dépôt de munitions dont l’explosion à la libération de Marseille provoque la destruction de nombreux bâtiments anciens.

Le fort Saint-Jean a été classé Monument historique par arrêté du 16 juin 1964.

Après avoir abrité le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (DRASSM), le fort Saint-Jean accueille depuis 2013 une partie du Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

> Découvrez l’histoire (très) complète du Fort St Jean sur la page Wikipédia.

MUCEM

Les travaux de restauration du Monument Historique du fort Saint-Jean ont été conduits sous la maîtrise d’oeuvre de François Botton, Architecte en Chef des Monuments Historiques.

La maîtrise d’oeuvre architecturale de l’ensemble des espaces intérieurs et des éléments nécessaires à l’accessibilité a été réalisée par Roland Carta associé à Rudy Ricciotti. La muséographie a été confiée à Zette Cazalas, de Zen+dCO. Le traitement des espaces extérieurs a été conçu et dirigé par l’Agence APS.

Le fort est relié au nouveau J4 par une passerelle de 115 mètres de long, une seconde passerelle, d’une longueur de 70 mètres, est dressée entre le port et le parvis de l’église Saint-Laurent dans le quartier du Panier, assurant ainsi une continuité dans le parcours urbain entre la partie la plus ancienne de la ville et les nouveaux équipements culturels rassemblés sur le boulevard du littoral.

fort-saint-jean-mucem-marseillePrès de 1 200 m2 de surface d’exposition sont dégagés pour présenter notamment les pièces des collections du MuCEM qui se déploient, selon un principe de rotation tous les trois à cinq ans, au sein de la chapelle Saint-Jean, de la galerie des Officiers, et des bâtiments E et G qui constituent le « village ».

Le chantier consiste globalement en une restauration du bâti ancien, une rationalisation des accès, l’installation et la mise aux normes des équipements.

Le bâtiment naguère dévolu au DRASSM est complètement restauré et mis aux normes, pour être attribué à l’Institut méditerranéen des métiers du patrimoine (I2MP), centre de formation professionnelle aux métiers du patrimoine ; la chapelle est reprise en façade, le «village» en ruines est restauré.

La salle du Corps de garde placée dans les bâtiments de la partie supérieure du fort accueille un dispositif audiovisuel qui permet au visiteur d’appréhender de façon globale l’histoire et l’architecture de l’édifice.

Un parcours aménagé dans les espaces extérieurs fait resurgir l’histoire de ce lieu, en connexion avec celle de la ville de Marseille.


SOURCES Wikipedia & MUCEM
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-marseille.com & Archives

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches