Arrondissement : 16ème

Surplombant la rade de Marseille, le Fortin de Corbières, édifié au XIXème pour surveiller le trafic portuaire de Marseille accueillait depuis février 2010, la Fondation Monticelli. Ce musée niché dans un cadre exceptionnel, propriété de la mairie, a malheureusement fermé ses portes en 2015. En octobre 2017 on apprenait que le site était désormais loué par Jean-Christophe Marquet. Ce marseillais, ancien joueur de l’OM de 1991 à 1996 et en 2000-2001 devrait selon le site Marsactu y organiser des événements avec des chefs d’entreprise et des personnalités influentes.

fondation-monticelli-l-estaque-marseille

Le site à l’époque de la Fondation Monticelli

Avant de fermer ses portes en octobre 2015 le musée d’une surface de 800 m2 accueillait environ 35 000 personnes par an. Il comptait trois expositions temporaires par an, et une exposition permanente.

La structure était dirigée par l’expert Marc Stammegna, au travers de l’Association Fondation Monticelli. Ce projet était intégralement financé par lui-même.

Influencé à la fois par Eugène Delacroix, Rembrandt et les oeuvres du Louvre, Monticelli interpelle par ses touches audacieuses et épaisses.

Une vie artistique riche en portraits, natures mortes dont le célèbre « Vase Bleu« , marines, scènes de parc, dessins se partageaient l’atmosphère feutrée de ce Musée.

Une magnifique collection privée que Marc Stammegna mettait à la disposition du lieu avec des oeuvres de 1842 à 1886. Le père, le grand-père Stammegna étaient restaurateurs de tableaux. Marc ne pouvait donc pas échapper à cette fascination pour la peinture. Ancien élève des Beaux-Arts de Marseille, artiste à ses heures, c’est dans le métier de marchand et d’expert cependant qu’il s’affirme.


fondation-monticelli-l-estaque-marseille-3A propos de l’œuvre d’Adolphe MONTICELLI (1824-1886)

Adolphe Monticelli a laissé une œuvre abondante parmi laquelle on dénombre d’excellents portraits, d’éblouissantes natures-mortes et de superbes scènes de parc. A ses débuts très académique par obligation, MONTICELLI nous montre plus tard que le goût de la perfection des formes n’était pas sa nature. Forme floue et fond se confondent en de mystérieuses imbrications et c’est dans ce flou des formes et l’imprécision du trait que réside le charme de sa peinture.

Ses œuvres sont le résultat de recherches, permanentes et répétées, sur les réactions chimiques des coloris. La lumière tient une place prépondérante dans ses œuvres. Pour MONTICELLI, l’ombre noire et dure n’existe pas, la couleur devient sujet vivant et la lumière mouvement.

L’ouvrage du chimiste Chevreul sur « la loi du contraste simultané des couleurs » entraînera MONTICELLI dans des recherches incessantes autour des réactions chimiques des couleurs, aux effets du soleil sur les objets, la nature, sur la décomposition des tons…


SOURCES Fondation Monticelli & Marsactu Violette Artaud
PHOTOS Fondation Monticelli & Dominique Milherou tourisme-marseille.com

FICHE A SUIVRE
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches