Arrondissement : 16ème

C’est sur ce superbe domaine à la charnière des Pennes-Mirabeau, du Rove et de Marseille qu’on trouve déjà la trace de constructions sur le cadastre de 1819, mais les premiers édifices, détruits depuis, remonteraient au 18ème siècle et au Marquis de Marignane ! Pavillon de chasse, domaine agricole, village de vacances, cet immense ensemble est aujourd’hui en ruine volontairement détruit par son propriétaire le cimentier Lafarge !

ferme-dite-domaine-cossimont-le-rove-marseille-18

Parmi les propriétaires figurait Louis de Covet (1731-1803), Marquis de Marignane et des Iles d’Or, Seigneur de Vitrolles, de Rove, Gignac et Saint-Victoret. En 1768 et 1769, il fut consul d’Aix comme l’avaient été ses ancêtres, et premier procureur du pays de Provence.

C’est en ce temps-là surtout qu’il semblait avoir élu domicile au château de Tourves, mieux placé que le château de Marignane, et même que la ville d’Aix, dans le centre de la province.

Le Domaine Cossimont pourrait avoir été son pavillon de chasse et de villégiature.

Une description succincte des bâtiments vers 1875 ne reflète guère les bâtiments actuellement observables.

ferme-dite-domaine-cossimont-le-rove-marseille-14Les aménagements datent plutôt du premier quart du 20e siècle, après le partage des biens de Pierre Sacoman dit l’Abbé, fabricant de tuiles marseillais.

En 1902, le Domaine de Cossimont échoit à une de ses filles, Marie-Françoise épouse d’Henri Lombard, fabricant tuilier, domiciliée 17 allées de Meilhan.

Dans les curiosités du lieu on trouve une niche à chien portant la date de 1910.

Puis la Société Coloniale des Chaux et Ciment acquiert le domaine. De source orale, le directeur de la société, André Lindenmeyer, s’y serait domicilié dans le premier quart du 20e siècle et le domaine aurait alimenté en fruits et légumes les ouvriers de la cimenterie.

ferme-dite-domaine-cossimont-le-rove-marseille-8Cet ensemble a ensuite abrité un centre aéré accessible aux enfants des ouvriers. Le site a été fermé car son entretien coûtait trop cher à Lafarge, la société a elle même détruit partiellement le site pour éviter de le voir se faire squatter.

Le domaine de Cossimont appartiendrait toujours à l’entreprise Lafarge comme de nombreux hectares dans ces collines.

Les bâtiments du domaine s’étagent sur trois plans terrassés. A partir de l’entrée du domaine sur l’ancien chemin du Rove, une allée de platanes avec des édicules des eaux de part et d’autres et un grand champ en contrebas.

Puis, en léger contre-haut sur une terrasse, un niveau avec des vestiges de jardin, de verger, une orangerie et des logements (maison du jardinier ?).

ferme-dite-domaine-cossimont-le-rove-marseille-11Enfin, au plus haut, un long alignement constitué de bâtiments d’exploitation de grande dimension, de logements et d’un logis de maître à l’extrémité.

Devant celui-ci, la végétation marque l’existence d’un petit parc.

Sur le côté part une allée de jardin avec des aménagements rocaillés, qui simulent toutes des troncs et des branches d’arbre.

De nombreux vestiges de rocailles ornent les restes du jardin : grotte de fraîcheur, niches à chien, garde-corps de terrasse, bordures de massif.

C’est un exemple unique dans l’aire d’étude d’une grande exploitation agricole. Les aménagements rocaillés sont nombreux et ont fait l’objet d’un soin certain.

Il est plausible qu’aux usages agricoles et d’exploitation de carrières se soit joint une fonction de villégiature notamment liée à la chasse, ce qui pourrait expliquer le soin des aménagements.


SOURCES culture.gouv.fr Gontier Claudie & gw.geneanet.org
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Dominique
Avis
4
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
  • 2 janvier 2017 aà 15:09

    Aprés 20 ans passé à Marseille, je suis surprise de découvrir ce site, qui est d'une originalité surprenante, et nous permet d'envisager quelle a pu être l'activité du lieu. Quel dommage de ne pas le restaurer ou même d'y avoir laissé des explications sur son usage. A voir !

Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches