Catégorie : Lieux de Culte
Arrondissement : 3ème

Le nom de Saint-Lazare était donné au faubourg où est construite cette église car une léproserie mentionnée dès le xiie siècle y était implantée. Cette maladrerie était tenue par les chevaliers de Saint-Lazare ou Lazaristes qui avaient pour mission de s’occuper des lépreux qui étaient rassemblés dans des ladreries afin que le mal ne se propage pas car on ignorait à l’époque les soins à donner aux malades.

En 1699 cet établissement situé approximativement à l’angle des rues Camille-Pelletan et Desaix, est acheté par la ville pour y soigner les malades mentaux ou « insensés ». L’asile sera transféré en 1844 à l’ancien hôpital de la Timone.

Construction

Mgr de Mazenod, n’étant encore qu’évêque d’Icosie, décide de faire bâtir cette église ainsi que celle de Saint-Joseph au mépris des lois. En effet à cette époque aucun édifice religieux ne pouvait être construit sans l’avis préalable favorable du Conseil Municipal qui n’avait pas été saisi. La construction qui commence en 1833 sera déclarée illégale par le conseiller municipal Mr Fortoul dans son rapport du 28 décembre 1833 au Conseil Municipal.

Cette construction sera par la suite régularisée grâce à la nouvelle politique religieuse du roi ; le Conseil Municipal dans sa séance du 12 février 1838 reconnait d’utilité publique l’érection de l’église Saint-Lazare.

Il décide par la suite le 9 décembre 1841, sur le rapport de Mr Marius Massot, de procéder à l’acquisition de l’église moyennant le prix de 168 000 frs : c’était plutôt une bonne affaire car le montant total des dépenses s’était élevé à 453 833 frs et avait nécessité la réalisation d’un emprunt dont Mgr Mazenod s’était porté personnellement garant.

L’église est édifiée de 1833 à 1838 suivant les plans des architectes Pascal Coste et Barral.


Intérieur

L’église a 45 m de longueur sur 23 m de largeur et se compose de trois nefs séparées par une colonnade d’ordre ionique. Le plafond est décoré de caissons en l’honneur pendant la Renaissance, période dont l’influence se ressend dans tous les édifices civils ou religieux construits par Pascal Coste.

La galerie de tableaux placés le long des nefs latérales caractérise cette église.

Le chœur

Le chœur est décoré de trois tableaux peints par Jean-Joseph Dassy représentant trois épisodes de la vie de saint Lazare :

la résurrection, l’apostolat et son martyre.


SOURCES Wikipedia
PHOTOS Rvalette & Google Street View

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches