Catégorie : Cinémas
Arrondissement : 1er

MK2, qui proposait l’installation de 14 salles, avait finalement vu sa proposition refusée, jugée « compromettante pour le paysage patrimonial de la Canebière et hors gabarit pour le PLU » par la Ville. C’est finalement un projet de multiplexe art et essai de 7 salles et 851 sièges qui verra le jour d’ici fin 2019 porté par la société parisienne Artplexe sous la baguette de l’agence de Jean-Michel Wilmotte et la maîtrise d’oeuvre du cabinet Map Architecture…le cinéma prendra place au sein de la Mairie du 1-7 qui a déménager en 2018 dans l’ancienne Maison de la Région PACA sur la Canebière. Artplexe associera salles de cinéma Art et Essai, expositions et restauration.

Rendu par l’agence Wilmotte

C’est lors du conseil municipal du 8 février 2016 que le bail emphytéotique liant la Ville à la société Artplexe Canebière a été voté. Il a été conclu pour une durée de 58 ans, durée calculée en fonction du coût des investissements d’un montant estimé à 10 millions d’euros.

Le loyer demandé comprend une part fixe annuelle de 15 000 euros puis une part variable à partir de la sixième année d’exploitation.

Concernant le concept du multiplexe, on retrouvera des films « art et essai » et des films plus grand public disponibles en V.O. Les salles pourraient également se diversifier afin de proposer des spectacles vivants (musique, théâtre, danse, etc.) ou encore accueillir des événements d’entreprises et des réunions privées.

Artplexe Canebière proposera sur 4 niveaux, 7 salles de cinéma pour un total de 851 fauteuils, 3 restaurants dont une brasserie, un restaurant panoramique avec terrasse et un lounge bar.

L’ensemble est complété par des espaces d’expositions situés dans le grand hall, qui permettront d’accueillir des corners commerciaux en lien avec les événements organisés au sein de l’établissement.

La Commission Départementale d’Aménagement Commercial et Cinématographique à donné un avis favorable à la création du Artplexe le 13 septembre 2016.

Un arrêté de permis de construire a été validé en mai 2017 pour un commencement des travaux début 2018 et un délais de 3 ans pour les réaliser.

En 2015 le journal La Provence avait dévoilé une perspective de ce que pourrait être le futur complexe…une infographie que le cabinet Map Architecture s’est empressée de démentir, demandant au journal de préciser que cette image entièrement imaginée par la rédaction de La Provence, n’était en rien le fruit du travail des architectes…et autant le dire le rendu final est heureusement plus ambitieux et esthétique que la projection imaginée par le quotidien.


Zoom sur la société Artplexe

Créée en juin 2014, la société Artplexe est domiciliée à Paris sous la direction générale de Jean-Jacques Léonard et la présidence de Gérard Vaugeois. Ce dernier est une figure du cinéma d’auteur. À la tête de Boomerang Productions, il a notamment produit « La symphonie du silence« , de Viguen Tchaldranian, et « La Racine du Cœur« , de Paulo Rocha.

Spécialisée dans les offres culturelles alternatives, cette jeune société ambitionne de proposer un « nouveau concept de cinéma d’art et d’essais en centre-ville » comme également à Clichy-Batignolles.

En mai 2017 Philippe Dejust, responsable de Cap’Cinéma, qui gère plus d’une vingtaine de salles en France s’est associé au projet et en a pris la présidence. Jean-Jacques Léonard en à présent le directeur général de l’Artplexe Canebière.


Le projet abandonné du MK2

Le projet du MK2

En suspend depuis des années puis abandonné, la construction d’un complexe MK2 était bloqué pour, officiellement, une histoire de design. Ce projet devait s’installer avec 14 salles de projection, plus de 1 000 places, un restaurant, un disquaire, un kiosque à fleurs. Un investissement privé entre 15 et 18 M€.

L’échec de l’implantation d’un cinéma MK2 sur la Canebière a laissé un goût très amer à Patrick Mennucci, ancien maire de ce secteur. Le socialiste en avait fait son cheval de bataille depuis 2010, après avoir convaincu Nathanael Karmitz, directeur général du groupe MK2, de s’implanter dans la cité phocéenne.

« Il était prêt à mettre 17 millions d’euros dans le projet. Et la Ville lui a mis des bâtons dans les roues pour quelques considérations urbanistiques. Elle a privé les Marseillais d’un superbe complexe ! » avait déclaré Patrick Mennucci.

Ce projet dans une nouvelle version se réalisera bien au final mais sous la mandature de Sabine Bernasconi, maire LR.


SOURCES Conseil Municipal de Marseille & Marsactu & La Provence
PHOTOS MK2 & Google Street View & Map Architecture & Rendus par l’agence Wilmotte

Dominique
Avis
3
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches