Appelé également Château de Sainte-Marthe ou encore la Bastide Canne, le Château Ricard était l’ancienne demeure de l’homme d’affaires et créateur du célèbre apéritif anisé Paul Ricard. C’est ici dans le quartier de Sainte Marthe qu’est né l’entrepreneur marseillais le 9 juillet 1909. Le bâtiment accueille aujourd’hui des réceptions, événements et expositions d’art contemporain. A noter qu’une toile de Salvador Dali « La Pêche au Thon » acquise par Paul Ricard est exposée dans une des salles du rez-de-chaussée. Quant à l’histoire même du château difficile d’en savoir plus, alors cette petite fiche à la saveur anisée va se concentrer sur l’incroyable épopée de Paul Ricard…

Michèle Ricard, la dernière fille de Paul Ricard a eu la gentillesse de partager avec moi ses quelques souvenirs « Le Château de Sainte-Marthe était notre maison, nous y avons passé notre enfance, et nous y sommes très attachés. Nous le louons à La Société Ricard, qui y a installé des bureaux et le met en valeur lors de ses réceptions…Une nouvelle vie pour « notre château », à présent « le Château Ricard », où nous continuons à célébrer des fêtes familiales« .

Paul Ricard est issu d’une famille de boulangers et de négociants en vins. Il veut être peintre et entrer à l’École supérieure des beaux-arts de Marseille mais son père, marchand de vins, refuse. Aussi aide-t-il son père en le suivant dans ses tournées après le lycée.

À 12 ans, il rencontre Monsieur Espanet, ancien coiffeur devenu bouilleur de cru qui lui confie le secret de sa recette de pastis à 60°2. Il tente avec son frère Pierre de fabriquer son propre pastis et en faire le plus apprécié des consommateurs.

Dans un petit laboratoire de fortune qu’il a aménagé chez lui avec un alambic, il consacre son temps à faire des mélanges, à tester les arômes comme la réglisse et des plantes provençales.

chateau-ricard-sainte-marthe-60-chemin-des-bessons-13014-marseille-5Il élabore finalement une recette incluant un mélange d’anis étoilé et d’anis vert teinté d’une pointe de réglisse. À la suite de cela il distribue et fait tester cet alcool — pourtant interdit — dans les cafés de son quartier Sainte-Marthe, ce qui lui occasionne des problèmes avec les autorités de police et de douane.

Le 7 avril 1932, un décret libéralise la fabrication et la vente de boissons anisées à 40°. Paul Ricard, après un intense travail de lobbying, vient de créer la recette originale de son pastis auquel il donne son nom avec un slogan, « Ricard, le vrai pastis de Marseille » : c’est la première fois que le mot pastis apparaît sur l’étiquette d’un apéritif anisé.

Il commence ainsi à faire le tour des bistrots et cafés de la ville, pour se faire connaître et se faire une clientèle, car la concurrence est rude à Marseille. Il s’en différencie en vendant son pastis dans une bouteille d’un litre avec lequel on peut tirer cinquante verres.

En huit mois, 250 000 bouteilles sont vendues. Paul Ricard s’occupe de tout : il conçoit lui-même le fameux broc à bec verseur, et dessine les affiches publicitaires qui ornent les premiers camions de livraison de l’entreprise. Très vite, la marque sort du seul territoire marseillais.

chateau-ricard-sainte-marthe-60-chemin-des-bessons-13014-marseilleUn très large réseau de distribution permet à ses ventes de décoller et il devient le premier vendeur de pastis au détriment de Pernod qui n’a pas vu le coup marketing de Ricard d’associer la boisson à Marseille et la Provence.

En 1936, c’est Lyon, où est lancée la première grande campagne publicitaire « Buvez le pastis à la marseillaise, à petites doses, avec cinq volumes d’eau », qui découvre le « vrai pastis de Marseille ».

En 1938, un décret porte la teneur d’alcool du « pastaga » à 45° et permet ainsi de dissoudre plus d’essence d’anis, la saveur du pastis prenant alors toute son importance.

Enfin, Paris est touché en 1939, à grand renfort de publicité. Cette année-là, des bouteilles font leur apparition en Espagne, en Italie et en Afrique du Nord. L’expansion se confirme mais les événements vont la contrarier pendant quelques années.

En 1940, c’est la défaite de l’armée française et la naissance du Régime de Vichy dans la zone libre. L’État français lance sa « Révolution nationale » et le pastis fait partie de ce qui devient interdit.

Le coup est dur mais Paul Ricard se reconvertit dans l’agriculture en prenant possession du domaine de Méjanes, en Camargue : on y pratique la riziculture et l’élevage. En employant son personnel, il leur évite le STO.

Pour compléter cette activité, il exploite l’eau minérale du Pestrin, une source acquise en Ardèche, produit des jus de fruits et les distille pour fournir une essence destinée aux véhicules de la Résistance. Il aimait répéter à ses proches interlocuteurs « J’emmerde le maréchal Pétain ».

À la Libération, la déception va être d’autant plus grande que le nouveau gouvernement ne révoque que partiellement les dispositions de Vichy en n’autorisant que les apéritifs à 40°.

Lire la suite de sa biographie.


SOURCES Wikipédia & Michèle Ricard & PSS Archi
PHOTOS Triangle France
VIDÉO 
LCM

FICHE A SUIVRE
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches