Arrondissement : 16ème

Cette maison de villégiature de négociant dite Château Chave, puis Villa Rochebelle ou Villa Marie a vraisemblablement été construite en 1863 pour André Espanet un courtier marseillais. Même si la bâtisse n’est pas spectaculaire malgré sa façade à triple pignon, unique dans ce secteur, c’est surtout son immense parc et ses statues religieuses, sa fontaine de rocaille, son pigeonnier, son puit et sa terrasse balcon avec une vue exceptionnelle sur la rade qui en font un lieu remarquable.

chateau-chave-marseille-12chateau-chave-marseille-11chateau-chave-marseille-6Sur la partie haute du domaine Julien du cadastre de 1819, cette propriété couvrait une dizaine d’hectares. La maison a vraisemblablement été construite en 1863 pour André Espanet, courtier, domicilié rue Sylvabelle, dans le centre-ville. Il avait constitué le fonds d’environ sept hectares par plusieurs acquisitions effectuées en 1859 et 1860, dont la propriété Amiel qui comportait une maison.

L’ensemble passe en 1866 à Joseph Chave, propriétaire, domicilié rue Villeneuve, dans le centre-ville, qui fait construire une maison de gardien et une fabrique de jardin (vers 1868). Joseph Chave fait partie de la famille Chave qui lotit le boulevard du même nom.

D’après une source orale, le pigeonnier a été construit vers 1935, la véranda vers 1960. La maison a été très fortement remaniée intérieurement.

Cette propriété a probablement eu pour limite la voie ferrée et l’écart du Château. On trouve un ensemble de bâtiments situés au milieu d’une longue terrasse en terre-plein qui déroule les diverses fonctions d’une villégiature bourgeoise :

au nord du logis s’étend une grande terrasse ombragée puis des espaces plus intimes avec salon en rocaille qui ménagent des espaces de conversation ; au centre un logis de maître puis une remise et des logements, un pigeonnier, une allée plantée avec sa fontaine en rocaille ; au sud, un jardin potager et un verger avec un logement fermier. Au-dessus s’étend l’espace de la colline.

La maison de maître ouvre une façade à triple pignon, accessible par un escalier à double volée sous lequel est aménagée une sorte grotte rappelant celle de Lourdes. Cette maison de villégiature grand bourgeoise a un caractère catholique très marqué avec des statues religieuses dans le parc.

chateau-chave-marseilleLa position en belvédère et l’aménagement du jardin donne à cette maison un caractère archétypal de balcon sur la ville. Le motif de la tour crénelée est présent dans d’autres fabriques de jardin de maison du secteur. Un crénelage ornait le viaduc ferroviaire de Château Fallet et décore encore l’entrée du tunnel de la Nerthe.

La proximité de la bastide du cimentier Désiré Michel pour lequel travaille le rocailleur Stanislas Cayol en 1864 fait poser la question de l’attribution des rocailles.



FICHE A SUIVRE
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches