Arrondissement : 1er

L’association des Dames de la Providence se consacre depuis 1835 à l’accueil, dans la région, de jeunes adolescents et d’enfants en difficulté familiale et/ou sociale. Sa création remonte à l’année durant laquelle une épidémie de choléra ravage la ville de Marseille. Monseigneur De Mazenod, évêque de la ville, décide alors la création d’une œuvre, « dans le souci de secourir les filles pauvres ayant perdu leurs parents pendant l’épidémie ». Cet établissement du 1er arrondissement, La Chanterelle, surnommé l’Orphelinat du Choléra est aujourd’hui disparu mais l’association est toujours active…il ne reste des anciens lieux que son imposant mur d’enceinte et un reste du clocher.

Chanterelle, l'Orphelinat du Choléra, Dames de la Providence, MarseilleVers 1826, le choléra fait son apparition en Inde, gagne Moscou et la Russie en 1830, y provoquant des émeutes, et de là la Pologne et la Finlande. Il atteint Berlin en 1831, les îles Britanniques en février 1832 et la France en mars de la même année.

À Paris, le premier cas de choléra est attesté le 26 mars 1832. Le 7 avril, 1 853 cholériques sont répertoriés. L’épidémie y fera près de 19 000 victimes en six mois, et autant à Marseille.

En 1835 Monseigneur de Mazenod demande à quelques dames de la société marseillaise de l’assister dans cette entreprise de secourir les filles pauvres ayant perdu leurs parents pendant l’épidémie et confie à l’Abbé Fissiaux la direction effective de l’œuvre. Sous l’impulsion de ce dernier, l’institution va rapidement se développer en se spécialisant dans l’accueil de jeunes orphelines non susceptibles d’être reçues par d’autres œuvres. Elle est reconnue d’utilité publique en 1872.

A partir de 1969, elle accueille des enfants des deux sexes. Le statut d’orphelin n’est d’ailleurs plus le seul critère d’admission. En effet l’Association se voit confier l’hébergement d’enfants en danger physique ou moral.

A partir des années 80, l’Association a défini et mis en œuvre un projet associatif fondé sur la laïcité et la citoyenneté abandonnant définitivement son caractère confessionnel.

Chanterelle, l'Orphelinat du Choléra, Dames de la Providence, MarseilleQuant à l’orphelinat du Choléra, renommé Chanterelle en 1965, progressivement, l’association décide de transférer les enfants dans des structures plus petites, mieux adaptées à leurs besoins.

C’est ainsi que 15 maisons d’enfants ont été créées, situées à Marseille et autour de l’Etang de Berre. L’Association gère également une trentaine de studios en centre ville.

L’orphelinat du choléra a été transmis par dation à la ville à la condition de l’utiliser à des fins socio-éducatives, apparemment un centre-social y sera installé un temps. Mais au final il sera détruit et le vœux des sœurs non respecté…On raconte même que la chapelle aurait été détruite en une nuit pour éviter l’action des Monuments Historiques, mais je n’ai pu vérifier cette information. En mai 2018 il restait un pan du clocher avec sa croix (voir dans la galerie photos).

Chanterelle, l'Orphelinat du Choléra, Dames de la Providence, MarseilleC’est un immense projet immobilier qui y verra le jour en 2018 avec tout même la construction d’un groupe scolaire de 8 classes sur 1205 m². On y trouvait encore en 2017 sur le vaste domaine de chanterelle des essences d’arbres peu courantes, tels des caroubiers, cèdres du Liban et des eucalyptus. Des associations se sont mobilisées pour sauver ces espaces verts mais en vain.

La charte et le projet associatif de l’Association des Dames de la Providence, mis à jour en 2006, s’appuient sur les valeurs suivantes :

La démocratie, l’association est un espace institutionnel au sein duquel sont reconnues l’autonomie et la dignité de chaque personne et où sont définis les droits et devoirs de chacun.

La citoyenneté, l’Association se propose d’aider les jeunes à devenir de véritables citoyens susceptibles d’accéder et de participer pleinement à la vie de la Cité.

La dignité, l’association pose comme postulat que l’épanouissement d’une jeune personnalité et l’insertion dans la vie de la cité impliquent le respect de soi et le respect des autres.

La laïcité, la liberté de conscience et de penser, dans le respect de la Loi Républicaine, sont des principes fondamentaux de l’Association.

L’Association propose des réponses spécifiques aux besoins liés à la prise en charge des jeunes en difficulté. L’Association dispose actuellement de 240 places pour accueillir des enfants, des adolescents et de jeunes majeurs, de 3 à 21 ans, de toutes origines, confiés provisoirement par l’Aide Sociale à l’Enfance.


SOURCES marseilleaujourlejour.blogspot.frdamesdelaprovidence.org & Wikipédia
PHOTOS damesdelaprovidence.org & Dominique Milherou Tourisme-marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
There are no reviews yet, why not be the first?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches