Arrondissement : 8ème

Cette imposante bâtisse, un des plus anciens ouvrages de l’avenue du Prado abritera depuis sa création en 1861 et pendant plus d’un siècle une caserne de Gendarmerie dans laquelle un des acteurs fétiches de Marcel Pagnol va naître en 1887. Un bâtiment dont les travaux débutèrent dès 1858 par l’architecte Auguste Martin. Un projet immobilier y serait à l’étude.

caserne-de-gendarmerie-du-prado-marseille-avenue-du-pradoOn doit également à l’architecte Auguste Martin (1818-1877) la réalisation du Palais de Justice de Marseille un an après l’inauguration de la caserne en 1862.

Martin devait également réaliser la Préfecture des Bouches du Rhône, mais par suite de mésentente avec le préfet Maupas et à cause des dépassements des devis initiaux, l’architecte, démissionne du projet le 8 novembre 1864.

Le fronton sculpté de la caserne arbore encore le lettrage « GENDARMERIE ».

C’est une des rares décorations extérieures de l’édifice avec une autre sculpture soutenant un porte drapeau au dessus de la porte d’entrée.


Fernand Charpin, dit Charpin, fils de gendarme, un des acteurs fétiches de Marcel Pagnol est né le 1er juin 1887 dans cette caserne.

Il combat pendant la Première Guerre mondiale avec le grade de sergent dans l’infanterie et est retenu prisonnier pendant plusieurs mois.

Après le Conservatoire, il débute sur scène en interprétant le répertoire classique, et devient petit à petit une des valeurs sûres du Théâtre de l’Odéon.

Il rencontre Raimu et Marcel Pagnol en 1928, Pagnol est alors à la recherche de son Panisse pour sa nouvelle pièce, Marius. Jouée en 1929, celle-ci connaîtra un succès immédiat.

fernard-charpin-marseilleEn 1931, Pagnol décide d’adapter sa trilogie marseillaise au cinéma. Charpin compose donc le rôle de Panisse pour l’écran dans Marius (1931), Fanny (1932) et César (1936).

Il tournera encore trois films avec Pagnol : Le Schpountz (1937), La Femme du boulanger (1938) et La Fille du puisatier (1940). Il joue également dans Chotard et Cie, adapté de la pièce homonyme par Jean Renoir en 1932, La Belle Équipe et Pépé le Moko (1936) de Julien Duvivier.

Il meurt subitement en novembre 1944, à 57 ans, quelques mois après la Libération, après avoir monté par l’escalier les sept étages de son immeuble alors qu’il est cardiaque, l’ascenseur étant à l’arrêt en raison des restrictions d’électricité.

Il avait épousé le 28 janvier 1913 la comédienne Gabrielle Doulcet.


SOURCES Wikimapia & Wikipedia
PHOTOS Archives & Google Street View & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

TAGS
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches