La cascade qui était autrefois sur la propriété du Château des Aygalades, était un lieu très prisé par la bourgeoisie marseillaise, mais la demeure fut démolie dans les années 1940 afin de permettre la construction de l’autoroute A7. Celle qu’on surnommait « la mare aux lentilles » a disparu petit à petit de la mémoire des Marseillais avant de commencer à ressusciter depuis sa redécouverte en 2001.

Couvrant un bassin versant d’environ 45km2 le ruisseau a été relégué au rang de réseau d’assainissement et a vu son accès interdit, son lit naturel canalisé et maltraité, rendant la cascade quasi invisible et inaccessible.

Pourtant, une richesse écologique rare en milieu urbain s’y est nichée, la fraîcheur qui y règne en fait un lieu propice à la détente, aux loisirs, à la marche, et de nombreux sites patrimoniaux le jalonnent, tissant son histoire au fil de l’eau.

Les qualités de ce cours d’eau en font un enjeu singulier pour le développement urbain de Marseille, à l’image du projet Euromed 2 qui en a révélé le potentiel en projetant de réouvrir le ruisseau des Aygalades depuis le parc Billoux jusqu’à Arenc.

Son accès n’est plus autorisé depuis des années, mais des associations ont entrepris avec succès de la réhabiliter.


Après un premier atelier de « révélation urbaine » lancé en 2008 pour défricher le site, entre le 8 et le 17 septembre 2011, les jeunes du chantier éducatif ont contribué à la transformation du site de la cascade des Aygalades par des constructions d’aménagements, du nettoyage et du défrichage.

Guidés par le paysagiste Julien Rodriguez et les éducateurs de l’addap13, les jeunes ont rendu possible la réouverture du lieu pour les journées européennes du patrimoine où plus de 400 personnes sont venues admirer la cascade des Aygalades.

Voir le reportage photo.


Novembre 2015, démarrage d’un chantier d’améngament

Le projet de la Cité des arts de la rue a été pensé dès le départ comme un morceau de ville venant s’intégrer au territoire urbain du nord de Marseille. C’est pourquoi depuis 2007, la Cité s’est inscrite dans la défense et la valorisation d’un site jusqu’ici dissimulé par l’environnement urbain et industriel : la cascade des Aygalades.

En lançant un chantier d’insertion pour l’aménagement et l’ouverture pérenne de ce site, l’Association pour la Cité des Arts de la Rue vise :

• à ancrer La Cité des arts de la rue sur son territoire en s’appuyant sur ses compétences artistiques pour animer une dynamique collective et créatrice d’emplois autour de ce patrimoine naturel inestimable au cœur de la ville.

• à requalifier la cascade des Aygalades située sur la parcelle mitoyenne à la Cité des Arts de la Rue afin de le rendre à nouveau accessible aux populations du quartier et l’animer par des interventions artistiques.


Les 3 et 4 juin 2016 à l’occasion de la manifestation nationale « Rendez-vous aux Jardins », la Cité des Arts de la Rue a ouvert la parcelle de la Cascade des Aygalades, invitant les curieux à découvrir la biodiversité et la richesse écologique qui fourmille en contrebas de la Viste et l’agencement du site en cours par les agents d’aménagement paysager et des artistes de la Cité des Arts de la Rue.

Depuis le début du projet, pas moins de onze personnes ont participé à l’agencement de cette parcelle de 2 000m² pour un coût pour les pouvoirs publics de 187 000 euros (en date de 2016). En 2017 de nouvelles installations et expositions ont été mises en places avec notamment le Belvédère, la Guinguette…

L’actuelle passerelle qui relie le site à la Cité des Arts de la Rue devrait être réaménagée pour un passage sécurisé pour le public.


SOURCES julienrodriguez.fr & Wikipédia & Cité des Arts de la Rue & La Marseillaise
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Archives

Dominique
Avis
4
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches