Arrondissement : 16ème

D’étrange arcades bâties en moellons se dessinent dans les hauteurs de la Nerthe. Il s’agit des vestiges de l’ancienne cimenterie de 1913 « La Coloniale ». L’ensemble, totalement désaffecté, est composé d’un profond bassin de rétention, d’une plateforme en boucle qui permettait la circulation de wagonnets, et d’un complexe réseau de galeries à travers la roche convoyant eau et ciment vers des sites de stockage et d’acheminement…derrière ces ruines se trouve la carrière Lafarge, toujours exploitée.

La Coloniale, (Société Coloniale de Chaux et de Ciments Portland de Marseille) a obtenu en 1913 l’autorisation de construire une grande usine au vallon de Riaux dans le but de produire du ciment Portland artificiel. C’est en 1824, que le Britannique Joseph Aspdin dépose un brevet pour ce ciment révolutionnaire à l’époque.

Le procédé est un mélange de poussière d’argile et de calcaire est aggloméré par l’eau et la chaleur jusqu’à évacuation de son eau. Le résultat est réduit en poudre et calciné dans un four à calcination tels qu’on les concevait alors pour la production de la chaux.

La production de ce ciment a modelé tout le paysage du vallon de Riaux et du massif de la Nerthe avec la mise en place d’immenses carrières.

Une carrière de calcaire et une cimenterie du groupe Lafarge sont toujours en activité quelques centaines de mètres en amont. Il s’agit de la dernière usine de l’Estaque encore en activité.

Dans la carrière Galland, le calcaire est extrait et acheminé vers la criblerie sous laquelle les silos sont placés. Les camions viennent charger directement au silo pour acheminer dans la région proche les granulats. Le site est composé de la carrière, zone d’extraction, puis de la partie traitement.

La Carrière est à ciel ouvert.  Des camions arrosent régulièrement les chemins d’accès pour contenir la poussière. On procède ici à deux tirs de mine par semaine, puis la foreuse attaque la pierre qui est acheminée par les chargeuses.

Les granulats sont ensuite déversés dans un premier concasseur, puis un deuxième, etc … puis grâce aux bandes transporteuses, ils parviennent jusqu’au tamis situé dans la criblerie au dessus des silos pouvant accueillir chacun jusqu’à 1000 tonnes de granulats.

Tour CMA/CGM, réalisée avec les pierres de Lafarge pour ses travaux de terrassement

La pierre que l’on a extraite ici a été utilisée pour la construction de la fameuse Tour CMA/CGM, notamment pour les travaux de terrassement.

Rappelons que les carrières de granulats sont souvent implantées au plus près des villes tout simplement parce que les villes sont de grandes consommatrices : le granulat est le deuxième matériau le plus utilisé après l’eau !

La France est le berceau historique du Groupe Lafarge depuis 1833. Les 3 activités (ciments, granulats, bétons) de Lafarge sont réparties sur l’ensemble du territoire national et comptent plus de 5 300 salariés et 450 sites. Les ressources minérales sont extraites dans les carrières puis transformées dans les usines et les centrales pour produire ciments et bétons.

En 2017 l’entreprise Lafarge souhaitait modifier l’aménagement de sa carrière de stockage de déchets d’où un lac artificiel s’est formé dans le massif de la Nerthe provoquant la colère des habitants.

En 2011, ils avaient tenté d’empêcher le remblaiement de ce lac, puis en 2014, ils avaient dénoncé sa pollution.


SOURCES Lafarge & france3-regions.francetvinfo.frMarseille Forum
PHOTOS  Dominique Milherou Tourisme-marseille.com
Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches