Arrondissement : 8ème

En septembre 1849 l’eau de la Durance amenée par le Canal de Marseille arrive à la Campagne Pastré. Issue d’une dérivation du Canal, la section de Montredon et ses 8,5 km débute à St Antoine, et se jette dans la mer au niveau du Port de la Madrague. L’eau était destinée à l’irrigation et à l’alimentation de l’usine de soude de Montredon. Elle sert aujourd’hui à arroser le parc et prévenir les incendies.

Ancienne cabane de cantonnier-arroseur (gestion et entretien du canal)

Avec la « révolution de l’eau » apportée par le Canal de Marseille, le Parc de la Campagne Pastré prend des allures de parc à l’anglaise, décoré de statues et ponctué de petits lacs artificiels sur lesquels on aime canoter au milieu des canards et des cygnes. Peu à peu, les cultures cèdent la place aux jardins d’agrément et la végétation s’enrichit d’espèces introduites (pins parasols, yuccas, bambous…). On y élève même des autruches !

Le canal de Marseille est la principale source d’approvisionnement en eau potable de la ville de Marseille. D’une longueur de 80 kilomètres pour sa partie principale (160 kilomètres avec les dérivations dans la ville), il dessert l’intégralité des quartiers de Marseille. Il a été construit au milieu du XIXe siècle en une quinzaine d’années sous la direction de l’ingénieur Franz Mayor de Montricher, amenant les eaux de la Durance dans la ville depuis le 8 juillet 1849.

Il représente une réalisation marquante de l’ingénierie du XIXe siècle en cumulant de très nombreuses infrastructures, ponts, tunnels, réservoirs, etc. Jusqu’en 1970, il fut la source quasi unique d’alimentation en eau de la ville de Marseille ; il fournit encore les deux-tiers de la ressource en eau de la ville.

Au sein du Parc de la Campagne Pastré on trouve encore la trace du Canal, ainsi que les vestiges du réseau d’irrigation gravitaire, ou encore une ancienne cabane de cantonnier-arroseur (gestion et entretien du canal).


petit-lac-du-parc-de-la-campagne-pastre-a-marseille-1

Le petit Lac près du Canal

Entre la Pointe Rouge et la Grotte Rolland, le parc Pastré s’étend sur 120 hectares, jusqu’aux collines de Marseilleveyre. Plus connu sous le nom de « Campagne Pastré », il est associé, dans la mémoire des Marseillais, à la famille Pastré qui constitua le domaine entre 1836 à 1853.­

Jusqu’à l’arrivée du Canal de Marseille, grâce aux efforts constants des propriétaires pour capter l’eau, quelques prés et de rares potagers s’étendent sur la partie basse, ainsi que des vignes, des céréales et des fruitiers (amandiers, figuiers, abricotiers).

Mais la végétation naturelle, outre la garrigue qui couvre les coteaux, est essentiellement constituée de pins d’Alep, de chênes verts, de laurier tins et de cette variété de genévrier appelée « Mourven » en provençal.

Selon la légende, le plus célèbre spécimen, aujourd’hui disparu, abrita, les amours de Bonaparte et de Désirée Clary.


SOURCES Marseille.fr & Wikipédia
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

Dominique
Avis
5
Moyenne 1 REVIEW
VOTRE NOTE:
  • 24 septembre 2016 aà 16:12

    Superbe témoignage de ce Marseille disparu certes mais quand on y regarde bien, il est toujours bien présent ; il suffit juste qu'on vous dise où regarder.

Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches