Arrondissement : 1er

Le début des travaux de creusement d’un canal en L encerclant une partie des bâtiments de l’Arsenal des galères royales remonte à la fin du XVIIème siècle. Ils s’achèvent en 1702. C’est en 1782 après son prolongement avec une deuxième liaison vers le Vieux-Port qu’il prend le nom de Canal de la Douane. Il sera comblé 147 ans plus tard en 1929.

canal-de-la-douane-marseilleEn 1488, le roi Charles VIII décide de faire de ce quartier bordant le Vieux-Port une remise aux galères avec la construction d’un premier tercenal puis en 1494 de six tercenaux où sont remisées et armées les galères du royaume. L’arsenal abrite jusqu’à 8 000 forçats et la garnison royale.

L’arsenal de Marseille est achevé en 1707, et est alors le plus important de France avec jusqu’à 40 galères en service.

Au début de l’année 1781, Pierre-Victor Malouet, ordonnateur de la marine à Toulon, est chargé de proposer à la ville de Marseille l’aliénation de l’Arsenal au profit de la ville de Toulon et ce au grand regret des marseillais.

Dans sa séance du 11 février 1781, le conseil municipal accepte le principe et désigne une commission placée sous la présidence du maire Joachim-Elzéard de Gantel-Guitton, seigneur de Mazargues pour établir un rapport sur les conditions de cette vente.

canal-de-la-douane-marseille-5Le conseil municipal ayant accepté cette rétrocession, l’intendant de Provence, des Gallois de la Tour, agissant au nom du roi, vendit le 3 septembre 1781, les terrains et les bâtiments de l’arsenal à la ville de Marseille, à charge pour cette dernière de construire un nouveau quartier sur les terrains rendus disponibles.

La ville, ne voulant pas se charger de l’aménagement des terrains, décide de les rétrocéder ; deux compagnies se portent candidates : l’une est fondée par Mathieu, procureur de la sénéchaussée de Marseille, associé au marquis Jean-Baptiste de Rapalli, l’autre par Rebuffel, ancien fermier des boucheries de Marseille.

Dans sa séance du 3 juin 1784, le conseil municipal vend les terrains à la première compagnie qui prend le nom de Compagnie de l’Arsenal.

La nature des travaux à réaliser fut approuvée par le roi le 12 novembre 1782. Parmi les différentes obligations, la ville devait faire réaliser un canal pour prolonger la darse existante et faire ainsi une deuxième liaison avec le port. Le canal aura alors la forme d’un U et s’appellera le Canal de la Douane.

canal-de-la-douane-marseille-4La surface totale d’eau était de 6903 mètres carrés. Les quais avaient une largeur de 12 mètres du côté de la terre et de 8 mètres du côté de l’îlot.

6 ponts mobiles desservaient cet îlot. Deux ponts tournants de 4 mètres, deux ponts basculants de 4 mètres, deux ponts levis de 2 mètres. Tous ces ponts construits en bois se manœuvraient à bras.

La période de déclin du Canal débuta vers 1844 avec l’extension des ports à la Joliette.

Au début du xxe siècle, le Canal de la Douane présentait de nombreux inconvénients : mauvaises odeurs et difficultés de liaison entre les deux rives. Le maire de Marseille, Siméon Flaissières fit voter le 14 mai 1926 une délibération sollicitant de l’État un déclassement du canal pour permettre son comblement.

Le cours aujourd’hui

Ce déclassement ayant été obtenu, le canal de l’Arsenal fut comblé à partir d’octobre 1927 avec 20 000 mètres cubes de gravats provenant notamment des déblais des destructions des immeubles situés derrière la Bourse et les voies nouvelles créées (cours Jean-Ballard, Cours Estienne d’Orves et place aux huiles). La place fut pavée début mars 1929.

Le nivellement ne fut jamais correct et la place longtemps bosselés ce qui suscita la moquerie des marseillais envers les maîtres d’œuvres du projet.

En 1965 l’espace est envahi par les automobiles et un immense parking aérien de 216 places est concédé à la société Shell. Sous la pression de citoyens, en 1987, le conseil municipal vote la démolition de ce dernier et son remplacement par un parking souterrain, ouvert un an et demi plus tard. L’ancien parking aérien a été remonté pour devenir le parking-relais de la RTM au Métro La Rose.

Aujourd’hui le Cours Estienne d’Orves est une place touristique majeure de Marseille imaginée par l’urbaniste Charlie Bové, inaugurée en 1989.


SOURCES Wikipédia
PHOTOS Archives & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Georges Seguin (Okki)

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches