L’Alcazar est une ancienne salle de spectacle fondée en 1857, devenue depuis 2004 une bibliothèque municipale à vocation régionale avec près d’un million de documents disponibles à la consultation, dont 350 000 en libre accès et des fonds précieux tels que des manuscrits médiévaux, une collection de 143 incunables et les archives des Cahiers du Sud…

Au temps de la salle de spectacle

L’Alcazar-Lyrique ouvre ses portes le 10 octobre 1857. La salle est décorée en « fantaisie mauresque » par son propriétaire Étienne Demolins, en référence à l’Alhambra de Grenade. La salle peut accueillir 2 000 personnes, qui peuvent s’attabler pour suivre le spectacle en buvant et fumant.

Au-dessus de la salle, des galeries s’étagent jusqu’au poulailler resté célèbre. Des fêtes nocturnes et des spectacles d’été se déroulent dans le jardin. Dans les années 1860, l’Alcazar assoit sa réputation en accueillant les artistes locaux mais également les célébrités parisiennes.

Son public ne tarde pas à acquérir une réputation d’exigence. De 1868 à 1890, l’Alcazar est un haut lieu de la pantomime à Marseille, d’abord avec Charles Deburau (jusqu’en 1871), puis Louis Rouffe (de 1874 à 1885) et enfin Séverin (Séverin Cafferra, dit) jusqu’à son départ à Paris. Le 25 juin 1873, un incendie se déclare et détruit le théâtre, mais sans faire aucune victime. La salle rouvre ses portes 4 mois plus tard.

Le 20 avril 1889, l’Alcazar subit une rénovation au cours de laquelle est créée la porte d’entrée surmontée d’une marquise, toujours visible aujourd’hui et classée aux Bâtiments de France.

Plusieurs artistes célèbres du xxe siècle y font leurs débuts, tels Yves Montand ou Tino Rossi, ou s’y révèlent comme Maurice Chevalier, Félix Mayol ou encore Fernandel, mais tous n’ont pas cette chance, le public marseillais ayant la réputation d’être impitoyable.

La salle est reconvertie en cinéma au début des années 1930. Fermée durant la Seconde Guerre mondiale, elle connaît un regain d’activité à la Libération, mais concurrencée par la télévision à la fin des années 1950, elle connait une première faillite en 1964 avant de fermer définitivement ses portes le 9 aout 1966 avant d’être rachetée par un marchand de meubles, n’offrant au public que les restes d’une enseigne décrépie de type Art nouveau.

Le haut de la porte, une création en fer forgé a été réalisé par les Ateliers Henri Carrera.


Reconversion

Le 30 mars 2004, l’Alcazar rouvre ses portes sous la forme d’une bibliothèque municipale à vocation régionale (BMVR) en remplacement de la bibliothèque Saint-Charles.

Le projet des architectes Adrien Fainsilber et Didier Rogeon, élaboré en conformité avec la loi du 12 juillet 1985, dite loi MOP, décline ainsi sa « mission de base » :

La presse salue l’événement, notant que « sur les 12 BMVR de France, c’est la plus grande en surface publique.

Son architecture moderne et la transparence du bâtiment offrent aux passants la vue sur les activités de la bibliothèque, participant à l’animation et à la vie du quartier Belsunce.

La bibliothèque propose près d’un million de documents disponibles à la consultation (dont 350 000 en libre accès) et des fonds précieux tels que : manuscrits médiévaux, une collection de 143 incunables, les archives des Cahiers du Sud…

bibliotheque-de-l-alcazar-marseille-6Sa taille (11 000 m² ouverts au public sur une surface totale de 18 000 m²), la richesse de ses collections et son accessibilité font de l’Alcazar, l’un des lieux de recherche et d’étude les plus complets de la Ville. ­

La bibliothèque est organisée en départements thématiques répartis sur quatre niveaux : Musique, Jeunesse, Société, Langues et Littératures, Sciences et techniques, Arts et Spectacles, Patrimoine, Civilisation , Documentation Régionale et Références.

La bibliothèque donne accès à tous types de supports (livres, journaux et revues, partitions, CD, vidéos, cédéroms, DVD, textes lus). Des postes informatiques permettent l’accès au catalogue, à des bases de données et à des moyens d’impression.

Département Lire Autrement
Tous les services sont adaptés aux personnes à mobilité réduite et un département complet (appelé « Lire Autrement ») est consacré aux handicaps : livres et revues en gros caractères et en braille, livres tactiles, textes enregistrés sur cassettes et CD, ainsi que du matériel spécifique.

bibliotheque-de-l-alcazar-marseille-5Département L’île aux livres
L’île aux livres est un centre de ressources orienté vers la conservation et la promotion du livre pour la jeunesse. Colloques, journées d’étude, formations et expositions donnent un rythme régulier à ce service du Département Jeunesse.

Manifestations et évènements

Plusieurs espaces permettent l’organisation et l’accueil de manifestations comme « Ecritures et savoirs partagés », l’heure du conte pour les enfants, diverses expositions, des conférences, des colloques, des projections, des mini-concerts, des ateliers d’écriture et d’arts plastiques, des rencontres littéraires, etc.

L’entrée est gratuite, dans la limite des places disponibles.


SOURCES Wikipedia & Marseille.fr
PHOTOS Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com & Archives

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches