Catégorie : Bars & Cafés
Arrondissement : 7ème

Les bains populaires du Petit Pavillon sont établis en 1854 en partie sous l’influence du couple impérial et son goût du thermalisme. A cette époque Marseille comme le reste du Sud de la France, succombe à la mode des Bains de Mer. On assiste à la création de nombreuses structures sur le littoral marseillais tels que le Bain de Mer des Catalans en 1859…. Des deux établissements qui occupent alors ce bord de mer et en modèlent le paysage, seul le Petit Pavillon est toujours en activité et l’ancêtre des propriétaires, « la fille des Bains Garcin », deviendra une grande comédienne et actrice dont une place non loin de là porte depuis 2013 son nom.

A cette époque on attend du thermalisme qu’il remédie aux méfaits de la civilisation urbaine, qu’il corrige les mauvais effets du confort, tout en respectant les impératifs de la privacy. À Marseille, les établissements de bains de mer n’ont jamais eu qu’un succès local.

L’identité balnéaire touristique de la ville n’est pas parvenue à se construire comme le montre l’échec des projets immobiliers des Catalans. C’est à cette époque que de nombreuses installations (cabines, douches toilettes, plongeoirs…) sont construites, favorisant ainsi le développement des pratiques corporelles des Marseillais (natation, aviron, gymnastique).

L’établissement des bains populaires du Petit Pavillon était alors géré par Isnardon et J.Garcin. Héritière de la famille des Bains Garcin, surnommée « la fille des bains Garcin », la célèbre actrice de music-hall Ginette Garcin est décédée à l’âge de 82 ans le 10 juin 2010.

Elle a été honorée en 2013 par la municipalité de Marseille avec une place en son nom à l’angle de la rue Augustin-Cieussa et Félix-Frégier, non loin du Petit Pavillon.

Ginette Garcin s’était fait connaître en interprétant des chansons écrites par Bobby Lapointe et Jean Yanne dans les années 60 avant de se lancer dans une immense carrière au cinéma et au théâtre dans les années 70. (voir sa biographie complète plus bas)

Aujourd’hui le petit pavillon garde sa vocation de café-restaurant et de plage privée avec la location de transats jusqu’à 18h.

Le restaurant dispose d’une carte variée, mais uniquement composée à partir de produits frais. Après avoir dégusté un des poissons grillés vous pourrez faire votre choix parmi des desserts tous maison.

Le Petit Pavillon propose également des événements tels que des apéros Tapas à la belle saison ou encore les fiestas du petit’pav.


Ginette Garcin,

issue d’une vieille famille marseillaise, était « la fille des bains Garcin », la seconde plage marseillaise, après les Catalans. Elle chantait dans diverses fêtes régionales, notamment en juillet 1944, à Aix-en-Provence. Elle a habité quelque temps à Audresselles dans le Pas-de-Calais.

Elle commence sa carrière le 27 novembre 1942 au Variété Casino de Marseille, dans Opérette Marseillaise Avec le Soleil de Émile Audiffred, avec Reda Caire, Mireille Ponsard et Alida Rouffe.

En février 1947, elle débute comme chanteuse dans l’orchestre de Jacques Hélian où elle forme un duo avec Jean Marco, le chanteur vedette de l’orchestre, y reste jusqu’en septembre 1951, puis travaille avec Loulou Gasté et continue à Rouen dans les revues du Nouveau-Théâtre de Strélesky ; son interprétation de Charlot sur la musique de Deux petits chaussons avait été très remarquée ; elle avait alors pour partenaire Colette Vudal, Mona Monick et Robert Thomas, l’auteur de pièces policières à succès.

Elle est l’une des premières interprètes de Boby Lapointe et de Jean Yanne dont elle enregistre plusieurs chansons sur disque et au cabaret dans les années 1960.

Dès les années 1970, elle entame une carrière théâtrale et cinématographique sous la direction de Michel Audiard, Claude Lelouch, Jean Yanne, Yves Boisset ou Jean-Charles Tacchella1. En 1972, dans Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil de Jean Yanne, elle chante et danse un étonnant tango burlesque Dans les bras de Jésus. C’est elle aussi qui fait chanter La Bonne Aventure o-gué aux enfants de la noce, dans Cousin, Cousine.

Elle tourne ensuite pour la télévision dans la série télé Marc et Sophie.

Auteur de la pièce à succès Le Clan des veuves (1990) qu’elle interprète avec Jackie Sardou pendant 4 années, elle joue et chante en 1997 dans Le Passe-muraille d’après Marcel Aymé, une comédie musicale de Didier van Cauwelaert et Michel Legrand.

Dans la série télé Famille d’accueil, de 2001 jusqu’à sa disparition, Ginette Garcin campe « Jeanne Ferrière » la grand-tante de Daniel, personnage secondaire mais présent dans la quasi-totalité des épisodes. Elle apparaît dans La Beuze ou Les Dalton. Elle reprend la pièce qu’elle avait écrite et montée, Le Clan des veuves, en 2006 aux Bouffes-Parisiens.

Puis à partir de 2008, elle joue dans la pièce de théâtre Monique est demandée caisse 12, de Raphaël Mezrahi.

Elle est la veuve de l’écrivain et journaliste Robert Beauvais.

Atteinte d’un cancer du côlon, Ginette Garcin s’éteint le 10 juin 2010 à l’âge de 82 ans, des suites de sa maladie, dans un hôpital de Nanterre, où elle avait été admise après une « rechute foudroyante » (selon son agent), quelques jours après avoir tourné pour France 3 un dernier épisode de la série Famille d’accueil et le tout premier long-métrage de Joël Chalude, Crimes en sourdine. Elle a été incinérée le 14 juin 2010 au crématorium du Mont Valérien.


SOURCES Wikipédia & catalans-beach-volley.comannalesdelarechercheurbaine.fr
PHOTOS Archives & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Il n'y a pas d'avis pour le moment. Pourquoi ne pas être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches