Arrondissement : 2ème

Le 13 juin 1911, Étienne Biétron et Honoré dit Aimé Biétron achètent un terrain à la Société immobilière de Marseille pour y installer en avril 1912 leur activité de négoce en gros de fromages….Un immeuble qui était à l’époque l’un des plus beaux exemples d’architecture industrielle marseillaise…un lieu qui a servi pendant la guerre au sauvetage de marins britanniques. Seule la porte d’entrée a été sauvegardée en 2013.

ancien-magasin-industriel-bietron-marseille-2

Le site avant la destruction de l’arrière de l’usine

L’entreprise commercialisait en 1921 des produits laitiers tels que le « Suprême Gruyère », puis en 1932 les Camemberts sous les marques déposés « Le Minet » (Anjou), « La Palmeraie » (Charentes), « Le Chemineau » (Anjou), « Mongouter » (Lorraine), ou encore le « Roc Bleu ».

La société était spécialisée dans le négoce de fromage, mais aussi de beurre, de charcuterie et de hareng.

Le magasin de la Joliette, doté d’entrepôts frigorifiques, accueillait également les camions de la société. En 1929 y est installée une pompe à essence branchée sur une cuve de 3000 L pour alimenter ces camions. La SARL Établissements Biétron a probablement cessé d’exister dans le dernier quart du 20e siècle.

donald-caskie-marseille

Comme une plaque commémorative l’indiquait, le lieu a servi pendant la guerre au sauvetage de marins britanniques, par le pasteur-résistant écossais, Donald Caskie (>photo). Une opération appelée la « Seaman Mission », menée conjointement avec l’Intelligence Service, les services secrets anglais.

Avant sa destruction au printemps 2013, ce magasin industriel était utilisé comme parking par l’hôpital Desbief. Seule a été conservée l’entrée monumentale qui sera intégrée dans un nouvel immeuble de bureaux. Cette entrée est inscrite sur la « liste des éléments patrimoniaux isolés protégés ».


ancien-magasin-industriel-bietron-marseille-4

Le site avant la destruction de l’arrière de l’usine

Le terrain rectangulaire d’environ 1500 mètres carrés de surface était tout entier occupé par le magasin. A l’angle de la rue se trouve l’entrée, qui donnait accès à un grand volume couvert d’un toit à deux pans surmonté d’un lanterneau.

A la base, le pourtour du toit à deux pans était vitré, tout comme celui du lanterneau. Tout autour de ce vaisseau central se développait un bâtiment en U. Il comportait un rez-de-chaussée et un étage carré et son toit est à un pan. L’ensemble était couvert de tuiles creuses et le toit de l’entrée et du corps de bâtiment longeant la rue de Forbin était doté de onze chapeaux de cheminée torsadés en céramique.

L’ouverture de l’entrée est soulignée par une voussure surmontée de l’inscription en relief A. BIETRON et d’un avant-toit en arc segmentaire. Cet avant-toit en bois, ainsi que celui de l’édicule, surmontent un revêtement de céramique.

Une mosaïque de fond blanc encadrée d’un liseré bleu est parsemée de petites fleurs stylisées. Deux amortissements aux lignes verticales rappelant assez nettement les motifs Arts déco encadrent l’édicule.


SOURCES pss-archi.eu & dossiersinventaire.regionpaca.fr Buffa Géraud
PHOTOS dossiersinventaire.regionpaca.fr Buffa Géraud & Google Street Map & Dominique Milherou Tourisme-Marseille.com

FICHE A SUIVRE
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches