Arrondissement : 8ème

L’American Park était à l’époque de son ouverture le 15 juin 1910 le plus important centre de loisirs et d’attractions de Marseille, il trônait jusqu’en 1914 en lieu et place du Parc Chanot à côté du Stade Vélodrome.

american-park-chateau-des-soupirs-rond-point-du-prado-marseille-2

La piste de patinage à roulettes en bois d’érable

Au 1 Bd Michelet, ce parc crée par la Société Marseillaise de l’American Park, comprenait un cinéma, une piste de patinage à roulettes en bois d’érable, une brasserie, un buffet, une salle de spectacles et un parc d’attractions de 20 000 m2.

L’entrée coûtait 50 centimes de franc français, soit 0,08 euro.

C’est dans le Palais de l’Energie de l’Exposition de l’Electricité de 1908 que s’installera une piste de patinage de 1.500 mètres carrés, construite avec un parquet en érable importé d’Amérique où les amateurs de patinage trouveront à l’époque une série de cinq allées de bowling, dont deux de grand match, où se disputera la coupe internationale Brunswick, par équipe de cinq joueurs.

Mais le gros succès populaire sera surtout basé sur l’installation par une compagnie américaine, la « European-Amusement-Parks and Concessions Limited », de plusieurs grandes attractions d’un coût de près de 800.000 francs de l’époque et qui comprendront un énorme toboggan aquatique qui fit son apparition pour l’Exposition Coloniale de 1906.

american-park-chateau-des-soupirs-rond-point-du-prado-marseille-4

Le Water Toboggan

Côté attractions on y trouvait également un Railway tourbillon à quatre étages, de 35 mètres de hauteur et 1.200 mètres de parcours à des vitesses qualifiées de « vertigineuses »…

Un chatouilleur, nouveauté à la fois sportive et comique que le Luna-Park de Paris présentait la même année à ses visiteurs ; une roulette humaine, un cake-walk, un château des soupirs (photo de couverture de la fiche)…

Des attractions inédites, dont l’importance faisaient qu’elles nécessitaient l’emploi de dix-sept moteurs électriques.

Quand à l’éclairage, fourni par la Société d’Électricité de Marseille, il ne comptera pas moins de 200 lampes à arc et 18.000 lampes à incandescence.

La construction de ce vaste parc d’amusement a été confiée à Mr Capacioli, un ingénieur italo-américain spécialiste, auquel on doit les divers parcs de ce genre, généralement connus sous le nom de Luna-Park installés depuis quelques temps en Amérique, à Paris, à Londres et dans toute l’Europe.

american-park-chateau-des-soupirs-rond-point-du-prado-marseille-3

Action du parc de 1910 pour financer sa création

L’American Park présentait régulièrement des concerts, des spectacles de phénomènes telles que G. Watt, l’Homme accumulateur, des spectacles de patinage, des feux d’artifice, la Fête des fleurs, les Fêtes enfantines du jeudi avec distribution de jouets et de ballons et lancement de bombes japonaises.


L’American Park fut victime d’un incendie en août 1911. La première Guerre mondiale finit d’achever ce parc en 1914.

Le site fût utilisé comme caserne pour le regroupement des troupes en transit en provenance du, ou vers le front d’Afrique du Nord.

Il avait une mauvaise réputation et d’après la presse de l’époque les soldats y étaient « parqués comme des animaux ou logés comme un ramassis de brigands ».


SOURCES Wikipédia & La Vedette, n° 1.729, 28 mai 1910 & Le Mutilé d’Algérie 1918
PHOTOS Archives

Dominique
Avis
Pas d'avis pour le moment. Vous souhaitez être le premier ?
Laisser votre avis
VOTRE NOTE:

Laisser un commentaire

Autres fiches